Le blog Carresol : Tendance bois & Décoration

Comment choisir la largeur de lame de son parquet ?

Lire Plus

En plus des réflexions que vous mènerez quant au choix de votre parquet, l’essence de bois qui convient le mieux à l’endroit où vous souhaitez le placer ainsi qu’au motif le plus approprié pour votre pièce, il vous faut songer à un détail qui a son importance : la largeur des lames. Voici quelques conseils qui vous aideront à comprendre pourquoi la largeur des lames de votre parquet est importante ainsi que ses conséquences sur le rendu final, une fois votre parquet posé.

Les différentes dimensions des lames de parquet

Tout autant qu’il existe différentes longueurs de lames de parquet (les lames « longues » mesurent en général entre 180 et 220 cm alors que les lames dites « courtes » mesurent de 30 à 120 cm), vous aurez très certainement le choix, au moment de votre achat – entre plusieurs largeurs de lames. D’une manière générale, les dimensions sont les suivantes :

  • S : jusqu’à 70 mm
  • M : 90 mm
  • L : de 120 à 130 mm
  • XL : de 150 à 170 mm

Les mesures ci-dessus ne sont données qu’à titre indicatif, bien entendu, car elles peuvent varier en fonction du parquet choisi.

Adapter la largeur et la pose des lames à la pièce

Pour déterminer la largeur des lames de votre parquet, réfléchissez d’abord à l’effet que vous souhaitez donner à votre pièce : souhaitez-vous l’allonger ou l’élargir ? La pièce en question est-elle étroite ? Y a-t-il beaucoup de passage ? Dans quel sens se fait le passage ? Au-delà de la largeur des lames, il vous faudra penser à la pose, c’est-à-dire au sens des lames de parquet. Dans un couloir, par exemple, vous souhaiterez certainement poser les lames dans le sens de la marche, c’est-à-dire parallèlement au côté le plus long du couloir, afin de donner une impression de longueur et d’espace.

Sachez également que les lames de votre parquet ne doivent pas être parallèles à la fenêtre principale de la pièce : leur orientation se fait selon la source de lumière naturelle.

Concernant la largeur des lames du parquet, elle va de pair avec la taille de la pièce : pour un espace étroit, privilégiez des lames de petite ou moyenne largeur, de manière à ne pas réduire la pièce, visuellement. Plus encore : des lames étroites donneront une impression de volume dans une pièce relativement petite à la base.

Des lames de parquet à la largeur étroite et posées dans le sens de la longueur permettent d'agrandir vos couloirs

Des lames de parquet à la largeur étroite et posées dans le sens de la longueur permettent d’agrandir vos couloirs – ( Source : Pinterest )

 

Largeur de lame de parquet et esthétique globale

Vous l’aurez compris : les dimensions de vos lames impactent directement sur l’esthétique de votre parquet, tout comme l’essence de bois, la pose ou encore les motifs. Il vous faut donc réfléchir au style de la pièce : rustique, industriel, contemporain…  D’une manière générale, il est possible de regrouper l’effet de style créé par les lames de parquet selon leur largeur. En voici un aperçu :

  • Les lames de parquet aux petites dimensions : les lames étroites donnent un effet cosy et chaleureux à la pièce, en lui conférant un esprit rustique, de type maison de campagne.
    Attention toutefois : des lames de trop petite largeur, posées dans une grande pièce, peuvent venir surcharger cette dernière.
  • Les lames de parquet larges : elles sont versatiles et l’on peut les adapter au style que l’on souhaite créer. Ainsi, par exemple, un parquet à lames larges patinées créera une ambiance familiale et confortable dans un séjour ou une salle à manger ; les mêmes lames, pourvues d’une finition huilée, donneront un aspect vieilli, plus moderne, à votre habitat. Pour une ambiance rétro, optez pour des lames larges de couleur marron fumé, par exemple.

D’une manière générale, la largeur des lames contribue au rendu esthétique de votre parquet et de votre logement : en choisissant des lames fines, votre sol formera une unité. Plus larges, elles seront mises en valeur, nécessitant d’autant plus d’attention particulière à leur orientation dans la pièce dans laquelle elles seront posées.

les lames larges de parquet renforcent le style moderne et épuré de votre intérieur

les lames larges de parquet renforcent le style moderne et épuré de votre intérieur ( Source : pint)

Zoom sur le style industriel

L’engouement actuel des propriétaires pour le style « factory » (ou style industriel) nous invite à nous arrêter un instant sur les lames qu’il convient de choisir pour créer un style industriel parfait. Ainsi, pour être en phase avec l’esprit authentique industriel, optez pour des lames XXL, car ce style est synonyme d’objets surdimensionnés : un esprit qu’il faut impérativement recréer du sol au plafond. Teintées ou vieillies, vos lames de grande largeur contribueront amplement au style industriel que vous souhaitez créer.

Lame de parquet large - Parquet contrecollé chêne Orégon - Dimension 15*190 mm

Lame de parquet large parfaite pour un look Industriel ! – Parquet contrecollé chêne Orégon – Dimension 15*190 mm ( Source : Carresol-Parquet )

Comment blanchir un parquet ?

Lire Plus

Symbole de la déco scandinave par excellence, le parquet blanc séduit de plus en plus. Il illumine une pièce, ajoute une touche de modernisme et ravive l’ambiance générale

Les méthodes pour blanchir un parquet

Si vous souhaitez redonner une seconde jeunesse à votre plancher parce qu’il est rayé, terne ou taché, vous avez la possibilité de blanchir votre parquet vous-même ou de faire appel à un professionnel. La réussite du blanchiment du parquet nécessite avant tout de bien préparer votre revêtement sol à recevoir le traitement qui vous allez lui appliquer.

1/ La préparation du revêtement de sol

Lors de la phase de préparation, le parquet doit être nettoyé, décapé puis légèrement poncé pour être ensuite aspiré, prêt à être blanchi.  Les techniques consistant à blanchir un parquet sont variées : à l’eau de javel, avec une lasure, avec de la cire ou avec un produit spécialement adapté.

2/ Les techniques pour blanchir un parquet

  • La lasure pour parquet

La lasure est appliquée sur un sol préalablement nettoyé, décapé et poncé. Elle consiste à colorer le bois et doit être appliquée avec une brosse large. La lasure convient mieux à certains types de bois que d’autres comme le hêtre, par exemple.

  • L’huile cire effet blanchi pour parquet

L’huile cire blanc, quant à elle, est une technique plus ancienne qui s’applique avec un chiffon. Elle présente l’avantage de protéger le bois.

Blanchir un parquet avec de l'huile cire blanche, à appliquer avec un chiffon

Blanchir un parquet avec de l’huile cire blanche, à appliquer avec un chiffon – ( Source : lh4)

  • La solution à base d’eau de javel

La technique consistant à utiliser de l’eau de javel sur un parquet en bois massif requiert un sol préalablement préparé et dénué de toutes les couches de vernis et de cire. Le parquet doit ensuite être poncé et aspiré avant d’être blanchi. La solution utilisée est constituée d’eau de javel diluée dans de l’eau et s’applique sur le sol à l’aide d’un balai-brosse. Conseil : testez avant tout la réaction de la solution à base d’eau de javel sur une chute de bois de votre parquet avant de l’appliquer entièrement sur votre revêtement de sol.

Que ce soit pour mettre vos murs ou votre décoration en valeur, pour introduire un style particulier dans une ou plusieurs pièces de la maison, pour rafraîchir l’ambiance ou pour jouer la carte de l’originalité, un parquet blanc est un choix réfléchi qui s’adapte à toutes les idées et à tous les styles. Par ailleurs, et il est important de le noter : un parquet blanc s’entretien très facilement. Une raison de plus pour l’adopter !

Le parquet blanchi naturellement ou en usine

Pour avoir un parquet blanc, deux possibilités s’offrent à vous: vous pouvez choisir un parquet déjà blanchi en usine ou retrousser vos manches et teinter votre parquet vous-même.

  • Le parquet blanchi en usine 

Les parquets déjà blanchis en usine sont des parquets en bois qui ont fait l’objet d’une finition éclaircissante consistant à colorer les veines en blanc sur un fond sombre ou plus clair. Selon vos goûts, vos besoins et votre budget, vous aurez le choix entre des parquets massifs blanchis en chêne ou en pin par exemple ou encore des parquets contrecollés.

Parquet massif chêne blanchi

Parquet massif chêne blanchi – ( Source : Carresol parquet)

  • Le parquet blanchi naturellement

Outre les parquets blancs, il existe des essences de bois clair qui offrent tout autant d’esthétisme et de luminosité. Il s’agit en l’occurrence d’essences de bois comme l’érable dont l’apparence est blanc jaunâtre ou blanc crème, légèrement rosé ; du frêne dont les couleurs vont du blanc au brun pâle ; le charme, un bois clair de couleur blanc grisâtre à rosé clair. D’autres essences de bois ont un rendu naturellement clair comme le  chêne blond nature.

Le charme, une essence de bois naturellement rosé clair

Le charme, une essence de bois naturellement rosé clair – Parquet contrecollé charme – ( Carresol-parquet)

 

Le parquet blanc en décoration d’intérieur

Le parquet blanc n’émane pas simplement de l’esprit bouillonnant d’un décorateur talentueux inspiré ! Dans les pays nordiques, lorsque le soleil vient à manquer en hiver, les habitants essaient de combler le manque de lumière par tous les moyens. Ainsi, le parquet blanc est une solution tout à fait adaptée pour apporter de l’éclat à l’intérieur des habitations.

Chez nous, le parquet blanc est prisé pour son originalité et constitue un style de décoration à part entière. Epuré, élégant et authentique, le parquet blanc convient à toutes les pièces de la maison et s’accorde avec de nombreux styles. Intemporel, il est souvent préféré à un parquet cérusé, grisé ou brûlé car il donne du caractère à la décoration à l’esprit contemporain que l’on veut créer.

Le parquet blanc a tout pour plaire !

le paquet blanc à tout pour plaire

Blanchir un parquet – le paquet blanc à tout pour plaire – ( Planète déco)

Les caractéristiques d’un parquet vieilli

Lire Plus

 

Obtenu par le biais de procédés manuels, mécaniques ou au fil des années, le parquet vieilli procure à votre sol un caractère unique et authentique. L’idée est de donner à votre parquet une finition et des détails qui se retrouvent dans un parquet ancien : trous, sillons, fissures, marques, rayures au niveau du contrefil, variation des couleurs…  Faire de l’ancien avec du neuf est aujourd’hui, une grande tendance !

Méthodes pour vieillir un parquet

La principale action visant à créer un parquet vieilli est d’altérer les bords ainsi que la surface du parquet pour insérer des irrégularités, des trous de vers, des fentes, des variations de couleurs, des traces de pas, de la céruse, des égratignures… Il y a, pour vieillir un parquet, trois principales méthodes. Les deux premières ne nécessitent pas de connaissances techniques particulières et présentent l’avantage de ne pas être onéreuses.

  • L’utilisation d’un produit visant à vieillir le bois

Les produits « vieillisseurs de bois » sont des produits spéciaux destinés à des parquets non traités à la cire, au polish ou au vitrificateurs pour parquet. Avant d’utiliser le produit vieillisseur de bois, le parquet doit être préparé : il doit d’abord être poncé sur toute la surface ; les angles, les coins et les bordures doivent également être poncés puis le tout doit être poli puis dépoussiéré soigneusement, avant d’être nettoyé à l’aide d’un chiffon légèrement humide. Le produit « vieillisseur de bois » s’applique simplement, à l’aide d’un pinceau ou d’une mèche de coton, dans le sens des fibres du bois. Une deuxième couche peut ensuite être appliquée après 8 heures de séchage de la première couche.

  • L’utilisation d’un pâte pour créer un parquet cérusé

La deuxième méthode est l’utilisation de l’huile-cire blanche ou céruse : une technique qui consiste à utiliser de la pâte à céruser, une pâte épaisse au pouvoir couvrant important. Le parquet doit être préalablement décapé sur l’ensemble de sa surface. Selon le décapant utilisé, le temps de pose varie. Une fois cette première étape accomplie, le parquet doit être gratté avec un couteau de peintre, puis rincé. Une brosse métallique permettra ensuite d’ouvrir les fibres du bois, avant que l’ensemble du parquet ne soit dépoussiéré avec un aspirateur. La dernière étape consiste à appliquer la pâte à céruser sur l’intégralité du parquet.

L'élégance d'un Parquet cérusé

L’élégance d’un Parquet cérusé – ( Source : Hzcdn)

  • Le martèlement des chanfreins

Pour accroître l’effet « vieilli » du parquet, certaines personnes utilisent également la technique des « bords cassés » : une technique qui consiste à marteler les chanfreins (c’est-à-dire l’angle normalement net à 45° sur deux ou quatre bords de chaque lame) afin de donner aux lames des bords inégaux et irréguliers, caractéristiques typiques des parquets anciens.

Lorsqu’ils sont vieillis en usine, les parquets subissent le même traitement que la technique consistant à créer des jeans usés : les lames sont introduites dans des machines remplies de pierres de différentes tailles et martelées dans tous les sens pour en ressortir usés… et donc vieillis.

Quelle que soit la technique utilisée, une finition est nécessaire pour donner à votre parquet l’aspect vieilli souhaité. Au préalable, il convient d’égrener le parquet à l’aide d’un grain abrasif fin. Dépoussiérez-le ensuite afin qu’il soit propre et prêt à recevoir la finition qui pourra être composée d’huile, de cire, de vernis, de vitrificateur ou d’encaustique, selon vos goûts et vos préférences. Une fois cette dernière étape terminée, prenez le temps de lustrer le parquet avec un chiffon adapté, en effectuant des mouvements circulaires.

Le parquet vieilli naturellement

Il existe des parquets chargés d’histoire, naturellement vieillis et patinés au fil du temps comme le plancher de wagon, par exemple. Comme son nom l’indique, il s’agit de bois (du chêne, le plus souvent) récupéré lors du démontage d’anciens wagons. Son caractère, ses veines apparentes, ses fentes, ses nœuds et ses bosses sont autant d’imperfections qui habilleront la pièce et lui donneront l’effet authentique recherché.

Les lames du parquet peuvent également être naturellement vieillies lorsqu’elles sont stockées en plein air, soumises aux intempéries. Elles prennent alors des colorations variées et présentent un bel effet brut qui convient à l’effet vintage recherché.

Parquet massif fond de wagon en chêne - Un parquet vieilli naturellement !

Parquet massif fond de wagon en chêne – Un parquet vieilli naturellement ! – ( Source : Carresol-parquet)

Conseil d’entretien

L’entretien de votre parquet vieilli s’effectue en fonction de la finition que vous avez choisie. Généralement, il convient de dépoussiérer le parquet avec un balai ou un aspirateur, puis de le nettoyer avec une serpillère très légèrement humide. Pour venir à bout des taches, de l’eau (éventuellement savonneuse) et une éponge suffisent.

Parquet sur sol chauffant : quelles sont les conditions

Lire Plus

 

Cela fait une trentaine d’année que les sols chauffants existent (ils sont encore appelés « planchers chauffants »). Les technologies utilisées de nos jours permettent de chauffer agréablement une pièce, grâce à une basse température disséminée uniformément, de manière à apporter un confort thermique optimal. Si vous souhaitez poser un parquet sur sol chauffant, cela est tout à fait possible, sous certaines conditions.

Quelle pose choisir pour un parquet sur sol chauffant ?

Prévoyez de la colle pour parquet ! En effet, la première chose à savoir concerne la pose de votre parquet : seule une pose collée sera envisageable sur un plancher chauffant. En effet, pour transmettre la chaleur, le parquet doit être en contact avec le sol. Il est possible de prévoir une pose flottante pour un sol stratifié, en respectant quelques précautions au préalable.

La deuxième condition concerne le bois qui constitue votre parquet : il est important, pour que votre plancher à basse température puisse diffuser la chaleur, que le bois soit adapté et offre la meilleure transmission calorifique possible. Celle-ci doit être idéalement être inférieure à 0,15m² K/W, de manière à transmettre la chaleur des tuyaux du parquet chauffant. Par ailleurs, le bois doit être dense et stable et d’une épaisseur inférieure à 15 mm.

Les parquets adaptés pour un plancher chauffant

Vous savez très certainement que le bois est un isolant thermique naturel. On l’utilise dans la construction de bâtiments à basse consommation grâce à ses propriétés isolantes. Cependant pour poser un parquet sur sol chauffant, il convient de choisir un bois peu isolant. Cette condition exclut d’office le hêtre, l’érable ou le cerisier.

En matière de taille, la largeur des lames a également son importance. Afin que des écarts n’apparaissent pas entre les lames, mieux vaut opter pour des lames de taille moyenne, inférieures à 110 mm, préalablement chanfreinées afin de minimiser l’aspect visuel de l’écart. Si toutefois vous préférez un parquet aux lames plus larges, optez pour un parquet contrecollé qui vous offrira davantage de stabilité qu’un parquet massif. Vous pourrez ainsi avoir des lames allant jusqu’à 180 mm.

Si vous vivez dans une région chaude, vous avez peut-être opté pour un chauffage réversible qui vous apportera de la fraîcheur en été, lorsque les températures deviendront difficilement supportables à l’intérieur. Si tel est votre choix, notez que seuls les parquets flottants posés sur les contre-plaqués avec des collages adaptés conviendront. Il est également important de choisir une essence de bois résistant à l’humidité en raison de la condensation produite par le parquet rafraîchissant.

Parquet contrecollé chêne Milk, à lame large, adapté pour un sol chauffant

Parquet contrecollé chêne Milk à lames larges, adapté pour un sol chauffant – (Source : Carresol-parquet)

Avant de poser son parquet sur un sol chauffant…

La préparation de la pièce doit se faire en amont, environ trois semaines avant la pose. Afin d’évacuer toute l’humidité résiduelle de la chape, vous augmenterez progressivement la température, puis vous la stabiliserez au cours de la dernière semaine avant de couper le chauffage au sol 48 heures avant la pose. Pour permettre à votre parquet de s’adapter avant la pose, placez-le 48 heures auparavant dans la pièce (une semaine pour les parquets massifs).

Une fois la pose réalisée, n’allumez pas votre sol chauffant immédiatement. Attendez une semaine environ puis allumez-le en augmentant progressivement la température, par paliers de 5°C.

En respectant certaines conditions liées au choix et à la pose de votre parquet, vous pourrez aisément associer confort et esthétisme et profiter d’un beau parquet dans toutes les pièces équipées d’un chauffage au sol.

Choisir son parquet : Avec ou sans chanfrein ?

Lire Plus

 

Alors que ce terme n’a aucun secret pour les professionnels, le « chanfrein » reste un grand inconnu pour le commun des mortels. Il fait pourtant partie du b.a.-ba du parquet et mérite que l’on s’y intéresse brièvement.

Essayons d’utiliser des termes simples: le chanfrein est une petite surface plate d’à peine un millimètre, visant à abattre l’arête vive d’une lame de parquet. Le chanfrein forme donc une petite surface oblique dont l’angle est de 45 degrés et peut être comparé à un bord biseauté. A noter que le chanfrein peut également concerner la pierre ou le métal.

On parle de « chanfrein continu » lorsque le limage inclut les extrémités de la pièce et de « chanfrein interrompu » lorsqu’il exclut les parties dédiées aux assemblages.

Pourquoi choisir un parquet chanfreiné ?

Le chanfreinage est nécessaire pour trois raisons :

  • Il permet d’assurer le vieillissement du bois, notamment lorsque les bords sont exposés comme cela est le cas pour des marches par exemple.
  • Il permet à deux pièces de mieux s’encastrer, facilitant l’introduction d’une pièce dans l’autre
  • Il assure un rôle décoratif, mettant en valeur les lames larges des parquets en bois massif et pallie à des éventuelles imperfections de pose, car il faut savoir que l’assemblage de deux lames de parquet requiert habituellement une grande précision. Un parquet chanfreiné évite de voir d’éventuels joints imparfaits.

Un, deux ou quatre chanfreins… quelle est la différence ?

En choisissant votre parquet, vous serez probablement amené à choisir entre « zéro chanfrein », « deux chanfreins » ou « quatre chanfreins ». Pas de panique ! Tout est simple à comprendre :

  • « Zéro chanfrein » indique qu’aucun bord n’a été biseauté
  • « Deux chanfreins » signifie que deux des côtés de la lame d’un parquet ont été chanfreinés
  • « Quatre chanfreins » signifie que tous les côtés de la lame ont été biseautés, donnant à la lame un effet réellement authentique.

Esthétiquement, votre parquet aura plus d’allure avec des chanfreins, qui marqueront un petit joint creux entre les lames. Il est possible de commander des lames déjà chanfreinées en usine. Un parquet sans chanfreins, en revanche, nécessite un léger ponçage après pose, de manière à atténuer les éventuels désaffleurs (c’est-à-dire les décalages) entre les lames.

Parquet contrecollé chêne Plancher Lara à 4 chanfreins

Parquet contrecollé chêne Plancher Lara à 4 chanfreins – ( Source : Carresol-parquet)