Parquet sur sol chauffant : quelles sont les conditions

 

Cela fait une trentaine d’année que les sols chauffants existent (ils sont encore appelés « planchers chauffants »). Les technologies utilisées de nos jours permettent de chauffer agréablement une pièce, grâce à une basse température disséminée uniformément, de manière à apporter un confort thermique optimal. Si vous souhaitez poser un parquet sur sol chauffant, cela est tout à fait possible, sous certaines conditions.

Quelle pose choisir pour un parquet sur sol chauffant ?

Prévoyez de la colle pour parquet ! En effet, la première chose à savoir concerne la pose de votre parquet : seule une pose collée sera envisageable sur un plancher chauffant. En effet, pour transmettre la chaleur, le parquet doit être en contact avec le sol. Il est possible de prévoir une pose flottante pour un sol stratifié, en respectant quelques précautions au préalable.

La deuxième condition concerne le bois qui constitue votre parquet : il est important, pour que votre plancher à basse température puisse diffuser la chaleur, que le bois soit adapté et offre la meilleure transmission calorifique possible. Celle-ci doit être idéalement être inférieure à 0,15m² K/W, de manière à transmettre la chaleur des tuyaux du parquet chauffant. Par ailleurs, le bois doit être dense et stable et d’une épaisseur inférieure à 15 mm.

Les parquets adaptés pour un plancher chauffant

Vous savez très certainement que le bois est un isolant thermique naturel. On l’utilise dans la construction de bâtiments à basse consommation grâce à ses propriétés isolantes. Cependant pour poser un parquet sur sol chauffant, il convient de choisir un bois peu isolant. Cette condition exclut d’office le hêtre, l’érable ou le cerisier.

En matière de taille, la largeur des lames a également son importance. Afin que des écarts n’apparaissent pas entre les lames, mieux vaut opter pour des lames de taille moyenne, inférieures à 110 mm, préalablement chanfreinées afin de minimiser l’aspect visuel de l’écart. Si toutefois vous préférez un parquet aux lames plus larges, optez pour un parquet contrecollé qui vous offrira davantage de stabilité qu’un parquet massif. Vous pourrez ainsi avoir des lames allant jusqu’à 180 mm.

Si vous vivez dans une région chaude, vous avez peut-être opté pour un chauffage réversible qui vous apportera de la fraîcheur en été, lorsque les températures deviendront difficilement supportables à l’intérieur. Si tel est votre choix, notez que seuls les parquets flottants posés sur les contre-plaqués avec des collages adaptés conviendront. Il est également important de choisir une essence de bois résistant à l’humidité en raison de la condensation produite par le parquet rafraîchissant.

Parquet contrecollé chêne Milk, à lame large, adapté pour un sol chauffant
Parquet contrecollé chêne Milk à lames larges, adapté pour un sol chauffant - (Source : Carresol-parquet)

Avant de poser son parquet sur un sol chauffant...

La préparation de la pièce doit se faire en amont, environ trois semaines avant la pose. Afin d’évacuer toute l’humidité résiduelle de la chape, vous augmenterez progressivement la température, puis vous la stabiliserez au cours de la dernière semaine avant de couper le chauffage au sol 48 heures avant la pose. Pour permettre à votre parquet de s’adapter avant la pose, placez-le 48 heures auparavant dans la pièce (une semaine pour les parquets massifs).

Une fois la pose réalisée, n’allumez pas votre sol chauffant immédiatement. Attendez une semaine environ puis allumez-le en augmentant progressivement la température, par paliers de 5°C.

En respectant certaines conditions liées au choix et à la pose de votre parquet, vous pourrez aisément associer confort et esthétisme et profiter d’un beau parquet dans toutes les pièces équipées d’un chauffage au sol.


Choisir son parquet : Avec ou sans chanfrein ?

 

Alors que ce terme n’a aucun secret pour les professionnels, le « chanfrein » reste un grand inconnu pour le commun des mortels. Il fait pourtant partie du b.a.-ba du parquet et mérite que l’on s’y intéresse brièvement.

Essayons d’utiliser des termes simples: le chanfrein est une petite surface plate d’à peine un millimètre, visant à abattre l’arête vive d’une lame de parquet. Le chanfrein forme donc une petite surface oblique dont l’angle est de 45 degrés et peut être comparé à un bord biseauté. A noter que le chanfrein peut également concerner la pierre ou le métal.

On parle de « chanfrein continu » lorsque le limage inclut les extrémités de la pièce et de « chanfrein interrompu » lorsqu’il exclut les parties dédiées aux assemblages.

Pourquoi choisir un parquet chanfreiné ?

Le chanfreinage est nécessaire pour trois raisons :

  • Il permet d’assurer le vieillissement du bois, notamment lorsque les bords sont exposés comme cela est le cas pour des marches par exemple.
  • Il permet à deux pièces de mieux s’encastrer, facilitant l’introduction d’une pièce dans l’autre
  • Il assure un rôle décoratif, mettant en valeur les lames larges des parquets en bois massif et pallie à des éventuelles imperfections de pose, car il faut savoir que l’assemblage de deux lames de parquet requiert habituellement une grande précision. Un parquet chanfreiné évite de voir d’éventuels joints imparfaits.

Un, deux ou quatre chanfreins… quelle est la différence ?

En choisissant votre parquet, vous serez probablement amené à choisir entre « zéro chanfrein », « deux chanfreins » ou « quatre chanfreins ». Pas de panique ! Tout est simple à comprendre :

  • « Zéro chanfrein » indique qu’aucun bord n’a été biseauté
  • « Deux chanfreins » signifie que deux des côtés de la lame d'un parquet ont été chanfreinés
  • « Quatre chanfreins » signifie que tous les côtés de la lame ont été biseautés, donnant à la lame un effet réellement authentique.

Esthétiquement, votre parquet aura plus d’allure avec des chanfreins, qui marqueront un petit joint creux entre les lames. Il est possible de commander des lames déjà chanfreinées en usine. Un parquet sans chanfreins, en revanche, nécessite un léger ponçage après pose, de manière à atténuer les éventuels désaffleurs (c’est-à-dire les décalages) entre les lames.

Parquet contrecollé chêne Plancher Lara à 4 chanfreins
Parquet contrecollé chêne Plancher Lara à 4 chanfreins - ( Source : Carresol-parquet)